Vous êtes ici

-A +A

Visite de l'IBGE

Le bâtiment de l'IBGE est un concentré de maximisation eco-responsable et de performance écologique. Il est ce qui se fait de mieux en matière de concentré écologique, nous affirme-t-on, dès notre arrivée. Mais le changement intégré dans ce bâtiment ne s’arrête ni aux matériaux ni aux techniques utilisées, mais aussi aux conditions de travail. Le changement proposé dans ce cadre rencontre-t-il une résistance ? Voici quelques réponses apportées par M. Jean Lombart (JL), notre guide et agent au service de la "PEB". 

Étudiants : Votre bâtiment constitue « l’exemple » en matière de performance écologique, quels sont les changements proposés en matière de condition de travail ?

JL: Bonne question. Nos bureaux en « open space », c’est-à-dire de grands espaces ouverts, constituent un changement majeur dans l’administration publique, qui n’a pas cette tradition. Personne n’a un bureau individualisé, ni même attitré en dehors du directeur général. Nous avons des casiers pour nos effets personnels et utilisons les bureaux en fonction de nos activités.

Par ailleurs, des études démontrent que seuls 70 % des bureaux sont utilisés dans la plupart des espaces professionnels à cause des indisponibilités de tous genres : maladies, formations, maternités ... Aussi, compte tenu de l’effectif global des agents, seuls 70 % des bureaux ont été prévus afin de maximiser l’utilisation de l’espace.

Étudiants : Quelles sont les résistances que vous rencontrez malgré ce cadre innovant ?

JL : L’innovation est source de résistance en soi, voilà pourquoi, en dépit des avantages que procure l’espace ouvert des bureaux, de nombreux agents font preuve, à des niveaux divers, d'une forme de résistance. Dès notre arrivée, nous sommes exposés à nos collègues, et cela durant toute la journée. Cela permet des échanges, parfois improbables et agréables avec tous des collègues avec qui on n’aurait jamais eu le moindre échange. Cela permet aussi une circulation de l’information plus rapide. D’un point de vue écologique, c’est la meilleure façon de gérer le froid en hiver et la chaleur en été, mais le coût en termes d’intimité et de retrait est lourd à payer. C’est pour beaucoup le plus dur, reste le manque d’intimité.

Étudiants : Comment comptez-vous régler ce problème ? 

JL : Par le temps. Il existe une philosophie globale dans ces lieux. Chacun doit prendre le temps de l’intégrer. Le rythme n’est pas le même, mais c’est la condition pour travailler ici. Donc chacun doit s’efforcer de considérer davantage les avantages que nous offre cette situation, aux désavantages certains. 

Les étudiants de la section 1M-SCADM.


 

Partagez !

 Coordonnées

Siège social
rue de la Fontaine 4
1000 BRUXELLES

Tél : +32 2 279 58 10
Fax : +32 2 279 58 29

Nos implantations

          Créé et hébergé
          par GIAL  GIAL